S’offrir quelques minutes de repos après le déjeuner au bureau paraît innocent, mais c’est loin d’être une action anodine. En effet, il faut reconnaître que la sieste n’a pas une très bonne réputation en France et dans la zone européenne en général. Toutefois, les tendances laissent présager d’une ouverture progressive à cette pratique qui finalement présente des avantages si on sait la dompter.

La sieste : indispensable à l’épanouissement au travail ?

Quel est l’apport de la sieste au travail ? Un questionnement légitime auquel on peut heureusement trouver des réponses claires. L’une des principales vertus qu’on attribue à la sieste au bureau, c’est sa contribution à l’épanouissement du collaborateur sur son lieu de travail. Elle s’inscrit par ailleurs, parfaitement dans la nouvelle idée qu’on se fait de la vie d’entreprise. On tend de plus en plus vers un mode de management qui favorise le bien-être de l’employé. S’il est vrai qu’en Occident, on retrouve toujours des sceptiques qui voient d’un mauvais œil la sieste, le camp de ceux qui y sont favorables ne cesse de s’agrandir.

Sieste au travail : quels en sont les avantages ?

L’un des arguments à faire valoir dans le sens de la sieste au travail, c’est sa capacité d’optimisation de la productivité. Des études réalisées notamment par la NASA, corroborent ces propos. Il en est ressorti qu’avec une petite sieste, un collaborateur gagnait jusqu’à 35 % en productivité. C’est 35 % de plus que celui qui se refuse ce petit moment de répit.

Une autre étude, cette fois menée par l’université de Harvard, met en exergue les avantages que les employeurs peuvent tirer de la sieste. Selon les conclusions de cette étude, la baisse de productivité due à l’absence de sieste génère un énorme manque à gagner. Rien qu’aux États-Unis, ce déficit s’élève à 63 milliards de dollars, l’équivalent de plus de 51 milliards d’euros.

Outre son impact économique, la sieste, en contribuant au bien-être de l’employé, participe à la réduction de son stress. On le sait, une accumulation de stress au travail, débouche à la longue sur une situation de burn-out. La sieste fait donc partie des mesures prises par les entreprises pour aller au-devant de ces problèmes d’ordre professionnel. En outre, en décuplant la vigilance et la concentration de l’employé, elle lui permet d’aborder ses tâches avec plus de vivacité et de créativité.

 

Comment organiser la sieste au travail ?

Indifféremment des avantages qu’on lui reconnaît, la sieste au travail peut avoir des effets négatifs si sa pratique n’est pas encadrée. Il est tout d’abord conseillé de s’informer sur un site comme https://www.actu-pme.ch pour avoir connaissance des bonnes pratiques en la matière. Mais, il faut aussi avant tout établir un mode d’emploi qui délimite les contours de la sieste au bureau. Dans cette perspective, la mise en place d’une charte relative à la sieste est recommandée. Il revient aussi à l’employeur d’offrir un cadre qui garantit le confort et la sécurité de l’employé durant sa pause. À défaut de réserver un local pour l’occasion, des aménagements peuvent être faits dans cette perspective.

Pin It on Pinterest